12 juillet 2024

Le Chaos impérialiste et la guerre, contribution d’un syndicaliste marocain à la préparation du Congrès

Préparation congrès du FU: Contributions au Webinaire du 30 juillet 2023 (suite 2)

Là aussi nous avons fait le choix de ne publier que la partie 2 et 3, traitant des conséquences économiques et politiques du chaos impérialiste. Pour lire en différentes langues la totalité de l’intervention se reporter au site : www.icor.info.

Le Chaos impérialiste et la guerre

Abdesselam Adib, Militant syndicaliste du Maroc, Contribution au webinaire du front uni le 30.7.2023

Cette introduction se concentrera sur les caractéristiques les plus importantes de la situation politique, économique et sociale mondiale, à la lumière des accumulations de chaos et de la guerre impérialistes, en fonction de ses causes, de ses interactions internes et de ses répercussions mondiales. Elle se limite aux seules caractéristiques majeures de ces phénomènes, laissant à la discussion les possibilités de les détailler.

…………………….

Deuxièmement : le chaos des crises économiques mondiales

1- Le monde capitaliste vit depuis les années soixante-dix dans l’ombre d’une crise économique structurelle chronique, qui se traduit par la crise de stagflation, due au surplus de production et à la composition organique du capital, qui conduit à la détérioration du taux de profit. L’objectif principal de toutes les politiques économiques et sociales adoptées par les impérialistes est de tenter de contourner cette crise qui menace le système capitaliste dans son ensemble. Dans ce contexte, des politiques de mondialisation de la production et de la commercialisation et divers mécanismes néolibéraux ont été adoptés pour assurer des chaînes de production mondiales en exploitant la main-d’œuvre bon marché des pays du Sud. Le Fonds monétaire international et la Banque mondiale monopolisent les outils pour imposer ces politiques à l’échelle mondiale, notamment par l’imposition de politiques d’ajustement structurel.

2- Les crises cycliques successives depuis les années 90 ont prouvé l’échec total des politiques néolibérales et de la mondialisation économique face à la crise chronique de la stagflation. La production excédentaire s’accumule et la détérioration du taux de profit s’aggrave, le taux d’intérêt ayant enregistré un pic négatif en 2018. Diverses économies vivent également dans une spirale d’endettement excessif et d’impression de billets sans croissance réelle, ce qui l’a décrit comme une économie de zombie. Le spectre d’une crise capitaliste générale qui se profile fortement à l’horizon peut dépasser dans sa violence la crise de 1929.

3- La crise du Covid-19, les mesures exceptionnelles de fermeture en 2020 et la guerre d’Ukraine en 2022 ont provoqué un choc supplémentaire pour l’économie capitaliste, alors qu’ils n’ont pas permis une destruction suffisante de la production excédentaire. la dette, l’impression de monnaie, une course mondiale aux armements, l’escalade des tensions impérialistes et son aspiration à faire face à ses crises… chaque impérialiste se lance à résoudre ses crise au dépend des autres, ce qui nous rappelle les conditions qui ont précédé les Première et Seconde Guerres mondiales.

4- Les différentes politiques de gestion de crise depuis les années 90 jusqu’à aujourd’hui n’ont fait qu’ouvrir la voie à des crises plus importantes et plus graves. Aujourd’hui, les banques centrales tentent de faire face à l’inflation en augmentant les taux d’intérêt, et cette augmentation continue provoque la récession, alors que la récession elle-même est source de crise financière, qui nécessite une nouvelle injection de liquidités, et donc de plus d’endettement, devenu astronomique, qui est un facteur supplémentaire d’inflation. Le chaos de la crise du capitalisme est devenu un cercle vicieux.

5- A la lumière de la guerre d’Ukraine, la plupart des économies capitalistes se sont tournées vers l’économie de guerre. L’impérialisme américain oblige les pays occidentaux à envoyer leurs armes en Ukraine, où elles seront détruites, d’où la nécessité de passer des commandes directes pour l’achat de nouvelles armes de destruction avancées, ce qui à son tour relance les industries d’armement impérialistes considérées comme économiquement improductives et stérile.

6 – La destruction par la guerre de bâtiments, d’infrastructures, de technologies et d’autres ressources est un grand gaspillage d’énergie et de moyens de production. Par conséquent, la reconstruction de ces installations entraînera davantage d’émissions de carbone. L’utilisation imprudente d’armes hautement destructrices conduit à la pollution des sols, de l’eau et de l’air, avec une menace constante que toute la région puisse redevenir une source de rayonnement atomique, que ce soit à la suite du bombardement de centrales nucléaires ou de l’utilisation délibérée d’armes nucléaires. La guerre a également un impact environnemental à l’échelle mondiale, rendant plus difficile la réalisation des objectifs de réduction des émissions.

Troisièmement : le chaos des conflits politiques entre les superstructures et l’infrastructure

1- L’ampleur croissante du chaos impérial et la difficulté à trouver des solutions pour freiner le glissement vers la crise générale du capitalisme sont alimentées par les tendances droitières des gouvernements dans de nombreux pays, qui perpétuent les divisions politiques entre les différentes factions bourgeoises. La prise d’assaut du bâtiment du Capitole le 6 janvier 2020 a révélé l’étendue de la division politique au sein de la société américaine. . Cela s’est également produit lors des élections brésiliennes, en termes de division politique entre les partisans de Lula et de Bolsonaro. Des divergences sont également apparues entre les factions politiques en conflit au sein de la société russe, et une opposition croissante à la politique de Poutine est apparue, en particulier de la part de groupes ultra-nationalistes, alors que Poutine tente de faire face aux pressions de la droite en menaçant constamment d’intensifier la guerre avec l’Occident. En Chine, les divisions au sein de la bourgeoisie chinoise se font également plus apparentes, notamment entre la faction pro-Xi Jinping, favorable au renforcement du contrôle de l’État central sur l’ensemble de l’économie, et des concurrents plus étroitement liés au potentiel de développement des capitaux privés et étrangers.

2- Ces contradictions n’empêchent pas la classe bourgeoise dirigeante de reporter les effets de la crise sur les épaules de la classe ouvrière, ni ne l’empêchent de faire face à la lutte de classe croissante. Même lorsque la bourgeoisie est incapable de contrôler ses propres divisions internes, la classe ouvrière menacé toujours d’être entraînée dans les factions concurrentes de son ennemi de classe.

3 – Face à la surexcitation de la crise économique mondiale, la classe ouvrière a commencé à développer sa conscience de classe et ses formes de confrontation avec la détérioration inévitable de ses conditions de vie et se réjouit davantage de travailler dans un mouvement international unifié. Voici le dynamisme de l’organisation ICOR et du front uni contre l’impérialisme et le fascisme, comme l’une des introductions pour construire des outils d’autodéfense pour le prolétariat local et mondial. Sous ces deux organisations, les luttes politiques et économiques menées par les partis et organisations révolutionnaires peuvent constituer un raffinement et une fusion de la conscience de classe locale et mondiale, comme le camarade Lénine l’a courageusement appelé en 1902 au sein du Parti social-démocrate russe dans son « que faire? »

4- Les luttes du prolétariat qui ont émergé en Grande-Bretagne depuis l’été 2022 confirment la volonté du prolétariat partout à affronter les désastreuses politiques bourgeoises. Le mouvement ouvrier en France, face à l’attaque du gouvernement français contre les retraites, a également exprimé la poursuite de la volonté de lutte continue, en particulier après le mouvement des gilets jaunes. Ce ne sont que des exemples de la lutte des classes qui commence à fleurir parmi les prolétaires dans de nombreux pays.

5. Face à l’épreuve de la guerre, on ne pouvait s’attendre à une réponse directe de la classe ouvrière contre elle. Les témoignages historiques confirment que la classe ouvrière n’agit pas efficacement contre la guerre, mais agit néanmoins contre ses effets désastreux sur sa vie quotidienne. Par conséquent, l’une des tâches urgentes des organisations révolutionnaires est de développer une prise de conscience et une résistance ouverte face aux attaques croissantes du capital à la lumière de la guerre actuelle. Pendant les guerres, la bourgeoisie utilise toutes les méthodes idéologiques pour faire basculer le poids de la crise sur les épaules de la classe ouvrière. L’insistance des organisations révolutionnaires à combiner le retour de la lutte ouvrière avec l’aggravation de la crise économique mondiale changerait objectivement les fondements de la lutte des classes aux niveaux local et mondial.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *