12 juillet 2024

Combattre Macron et le RN – mais comment ?

Premier constat : Macron et Bardella sont le même visage d’un capitalisme en crise. « Le Pen-Bardella c’est l’autre candidat des riches. » Nombres de lois Macron ont été votées à l’aide des députés RN ; en partie élus en 2022 grâce à des consignes de députés macronistes. Rappelons-nous : opposition à l’augmentation du Smic, refus de l’impôt sur la fortune, lois répressives sur l’immigration. Jour après jour, Bardella abandonne les promesses électorales – la soumission au capitalisme oblige. Le programme proposé du RN est de plus en plus un vulgaire programme néolibéral aux ordres.

La montée du RN…

… et des idées ultra-droite et fascistes, soutenues par les masses média, annoncent la continuation de la politique Macron EN PIRE. Bardella déclare la guerre aux travailleurs, diviser français et immigrés, les « assistés » et les « chanceux » pour mieux régner.

Avec le RN, les forces progressistes (associations, syndicats et gauches combatifs) seront encore plus stigmatisées, persécutées et leurs actions entravées : grèves interdites, réquisitions, licenciements de représentants syndicaux, protestations et manifestations réprimées…

Nouveau Front Populaire ?

Le RN n’a jamais été aussi proche du pouvoir et une alternative s’offre : le Nouveau Front Populaire (NFP). Cette NUPES bis est composée de militants qui portent certaines revendications justes à côté de fausses comme les budgets militaires ! Mais elle rassemble beaucoup d’opportunistes. On n’oublie pas la loi El Khomri de Hollande, la répression de Valls…

Le programme du NFP s’appuie surtout sur le parlementarisme bourgeois pour le mettre en place : ERREUR ! Le parlement est un moulin à parole et un écran de fumée de la classe dirigeante pour imposer ses lois et exercer sa dictature contre les protestations populaires légitimes ; on l’a encore vu avec la réforme des retraites en 2023. Mais même s’il ne faut pas en attendre grand-chose, l’ambiance dans la société sera peut-être meilleure avec le NFP au gouvernement.

Les multinationales sont les vrais chefs…

dans l’État capitaliste. Sa soif de profit dicte ses lois: encore plus de précarité, d’exploitation et de répression, de guerres, de destruction de la nature…. Ce programme, aucune élection ne peut en changer la logique.

L’alternative est ailleurs — elle dépend de nous tous !

La solution s’organisera dans la rue, dans la lutte – contre la fascisation, contre la réaction, pour les intérêts des travailleurs, des jeunes, des femmes. Oui, la situation est difficile sans véritable organisation politique ouvrière. Il faut la recréer au niveau national. PERSONNE à notre place ne changera la société. La politique, c’est l’affaire de tous et tout le temps. Contre l’individualisme, le fatalisme répandus et organisés qui arrangent la classe dirigeante bourgeoise.

Une classe populaire consciente, combative et organisée, voilà les objectifs pour lesquels l’Union Prolétarienne ML s’active. Pour l’unité internationale des prolétaires. Pour le pouvoir économique et politique des travailleurs, le véritable socialisme.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *