12 juin 2024

A propos de l’Union Européenne, ce qu’il faut savoir ! (partie 2)

Seconde partie de l’article
L’UE humaniste ? Sociale ? Démocratique ?
Voyons ce qu’il en est. La Commission européenne (CE) de l’UE définit, tous les ans, les « Grandes Orientations de Politique Économiques » (les « GOPÉ ») ; ces orientations sont construites à partir et avec les États de l’UE ; et en particulier avec les États les plus puissants Allemagne, France, Grande-Bretagne, Italie….
Ces Grandes Orientations sont recommandées (certains disent : imposées) chaque année par la Commission européenne et elles sont devenues de véritables instruments de contrôle : La CE surveille l’application des GOPÉ grâce aux informations fournies par les États.
On voit bien ainsi que les États (France, Allemagne, Hollande, Belgique, etc.) sont totalement impliqués dans les décisions dites de Bruxelles (en fait de la Commission Européenne)!

A propos de l’Union Européenne, ce qu’il faut savoir ! (partie 1)

Première partie d’un article: 
Une brève histoire de l’UE
La Communauté économique européenne à 6 États, fondée en 1957, était une alliance d’impérialistes individuellement trop faibles pour rivaliser avec les grands impérialistes. Après l’effondrement de l’Union soviétique en 1990, les dirigeants de l’UE ont formulé des prétentions à devenir la première puissance économique du monde.
Avec plus de 500 millions d’habitants (y compris la Grande-Bretagne), l’UE est l’une des plus grandes zones économiques du monde. En 1997, le traité d’Amsterdam a créé le principe de l’intégration progressive qui, avec la naissance d’une zone euro, permettait aux grands pays de faire progresser l’intégration dans certains domaines. En 2000, le Traité de Lisbonne avait pour objectif ambitieux de devenir la première puissance économique mondiale. En 2003, la “stratégie européenne de sécurité” (SSE) a visé officiellement à établir l’UE en tant qu’acteur mondial et à mettre en œuvre une stratégie politique, économique et militaire d’expansion. Cette expansion a été initialement mise en œuvre avec un développement progressif de l’UE à 28 États. …. Les monopoles de l’UE étaient alors très intéressés par l’Ukraine : ses ressources minérales et ses vastes zones agricoles. On voit aujourd’hui jusqu’où cela a été : à la guerre….

Déclaration sur l’UE de la Coordination européenne de l’ICOR

A propos des élections européennes    Mai 2024
Du 6 au 9 juin, les élections du Parlement européen auront lieu dans les 27 États membres de l’UE et leurs 448,4 millions d’habitants. Les organisations de l’ICOR des pays de l’UE et d’Europe utilisent le débat social qui en découle pour lancer le mot d’ordre :
Organisons-nous contre la droitisation, la réaction, le fascisme et la destruction de l’environnement – luttons pour le socialisme !
En ces temps de grande contradiction sociale, on voit que les masses populaires se détachent des partis bourgeois et du parlementarisme. L’organisation révolutionnaire mondiale ICOR renforce la protestation progressiste de gauche de la classe ouvrière et des masses populaires contre une politique de l’UE consistant à reporter sur leur dos le poids de la crise et de la guerre. Elle profite du centenaire de la mort du grand révolutionnaire V.I. Lénine pour former une opinion scientifique et socialiste en lien avec la coordination et la coopération des luttes ouvrières, des luttes écologiques, des petits et moyens paysans, des femmes de la base et de la jeunesse rebelle.

ICOR : déclaration à propos des élections européennes (projet en signatures)

Du 6 au 9 juin, les élections du Parlement européen auront lieu dans les 27 Etats membres de l’UE et leurs 448,4 millions d’habitants. Les organisations ICOR des pays de l’UE et d’Europe profitent du débat social qui en découle pour lancer un mot d’ordre : Organisons-nous contre le développement de la droite, la réaction et le fascisme -luttons pour le socialisme ! En ces temps de grande polarisation sociale, de processus de détachement des partis bourgeois et du parlementarisme, l’organisation révolutionnaire mondiale ICOR renforce la protestation progressiste de gauche de la classe ouvrière et des masses populaires contre une politique de l’UE consistant à reporter sur leur dos le fardeau de la crise et de la guerre.