18 mai 2024

Déclaration de l’ICOR: solidarité mondiale avec la lutte de libération palestinienne !

L’ICOR condamne fermement et avec dégoût la déclaration de la loi martiale, les bombardements brutaux, le blocus total de la bande de Gaza et l’utilisation de troupes terrestres par le gouvernement sioniste-fasciste israélien de Netanyahu.

L’État sioniste Israël a eu recours à une cruauté effrénée, en déclarant l’état d’urgence et la guerre afin d’accélérer les massacres de la population palestinienne dans la bande de Gaza, de la Cisjordanie au Liban, et d’étendre son occupation coloniale, contraire au droit international, qui dure depuis des décennies.

Avec l’offensive terrestre d’Israël, la guerre à Gaza atteint une nouvelle étape. 25 137 personnes, dont les deux tiers d’enfants ou de femmes, sont mortes jusqu’à fin décembre 2023 sous la pluie des bombes et des obus israéliens, 7 000 disparus, 55 000 blessés et 1,5 million de personnes ont été contraintes de fuir. L’agression sioniste d’Israël se transforme en génocide de civils innocents. Cessez-le-feu immédiat à cette guerre sanglante !

Pour le droit de se réfugier ! Stop à la politique réactionnaire de l’UE

“L’ICOR suit avec indignation le comportement révoltant des pays européens envers les immigrants et les réfugiés africains, aussi bien lors de l’embarquement à travers la Méditerranée, où ils sont abandonnés à leur sort, que lors de l’arrivée du côté européen, où ils sont entassés pendant des années dans des camps de réfugiés et attendent d’être ramenés dans leur enfer d’origine. L’ICOR revendique à juste titre le droit à la fuite et à la liberté de mouvement. Elle dénonce le fait que les frontières extérieures de l’Europe soient déplacées vers l’Afrique”. 

Appel à tous les syndicats d’Europe : SOULEVEZ VOUS MAINTENANT CONTRE LE MASSACRE DE GAZA

Aucune véritable organisation de la classe ouvrière ne peut rester un témoin silencieux des massacres perpétrés par Israël en Palestine !

Les gouvernements, les groupes d’entreprises et les organisations impérialistes tentent de faire taire la voix de la solidarité avec un peuple qui est exterminé jour après jour. Il s’agit d’un soutien clair aux crimes d’Israël.

Soutenir la paix et la lutte pour la liberté d’un peuple opprimé n’est pas du terrorisme.

Le silence et l’inaction sont un soutien aux crimes d’Israël. Le silence de la CES est assourdissant.

Même la population israélienne proteste contre le massacre de Gaza en exigeant un cessez-le-feu et une solution pacifique. Les syndicats palestiniens ont lancé un appel fort à la solidarité en déclarant

Cessez tout soutien, toute coopération avec l’État meurtrier d’Israël !

Appel du Front uni international anti-impérialiste

1 Construisons le front uni international anti-impérialiste et antifasciste contre le pillage impérialiste, l’exploitation accrue des êtres humains et de la nature, le terrorisme d’État, la fascisation, le fascisme, l’intervention militaire étrangère et les guerres d’agression ! Pour la libération nationale et sociale, la démocratie, la liberté et une société digne de l’homme, sans exploitation ni oppression !

Femmes solidaire de la révolte des jeunes

Nahel, 17 ans, étudiant à Nanterre, a été abattu à bout portant par la police lors d’un contrôle routier et cela devant plusieurs témoins. Ce meurtre fait partie d’une série raciste commise par la police, qui a été légiférée par l’État en 2017 pour lui donner les pleins pouvoirs. Ces dernières années, plusieurs jeunes ont été tués par la police pour “désobéissance aux ordres”. Seulement celui-ci ne pouvait pas être balayé sous le tapis comme les autres. Il a été filmé, démystifiant la “défense” habituelle de la police selon laquelle il s’agissait de légitime défense.

Cette agression policière raciste et fasciste fait partie des nombreuses exécutions extrajudiciaires systématiquement ciblées sur les habitants de la classe ouvrière, souvent jeunes, noirs ou arabes. 

Mineurs et Front Uni, appel commun à la mobilisation

Les mineurs du monde entier sont une force puissante. Nombre d’entre eux sont à la tête des principales luttes ouvrières. Des milliards d’opprimés – femmes, écologistes, migrants, indigènes – veulent un avenir digne d’être vécu pour eux et leurs enfants. Ils sont de plus en plus nombreux à le reconnaître : pour cela, il faut s’unir au-delà des frontières et lutter de manière organisée.