Des vents nauséabonds et fétides soufflent sur la France.

Voir nos commentaires en fin d’article (la rédaction du site)

Des vents nauséabonds et fétides soufflent sur la France.

Il va sans dire que depuis des années nous assistons à une droitisation de la vie politique en France. Les résultats électoraux du mouvement néo-fasciste du RN (Rassemblement national) de la famille Le-Pen attestent de cette réalité. Une partie non négligeable de l’électorat de droite se porte de plus en plus vers l’extrême-droite : RN et «Reconquête» d’Eric Zemmour. Ces deux formations politiques ultra-réactionnaires se sont emparées des thèmes de l’immigration et de la dite identité nationale pour prospérer sur le terreau du chômage et de la paupérisation de franges entières des masses populaires. Ce n’est pas le capitalisme avec ses maladies incurables qu’elles accusent, mais la présence de travailleurs étrangers dits extra-européens notamment maghrébins et noirs.

Marine-Le-Pen (MLP) propose d’organiser un référendum pour inscrire dans la Constitution son mot d’ordre «de préférence nationale» c’est-à-dire de consacrer un statut d’exception pour les travailleurs étrangers extra-européens. En voici la nauséabonde logorrhée de son programme relative aux conditions de séjours et de travail des étrangers extra-européens : «Arrêter l’immigration incontrôlée en donnant la parole aux Français par un référendum. Mettre fin à l’immigration de peuplement et autre regroupement familial. Traiter les demandes de droit d’asile uniquement à l’étranger. Réserver les aides sociales aux Français, et conditionner à 5 années de travail en France l’accès aux prestations de solidarité. Assurer la priorité nationale d’accès au logement social et à l’emploi. Supprimer l’autorisation de séjour pour tout étranger n’ayant pas travaillé depuis un an en France. Expulser systématiquement les clandestins, délinquants et criminels étrangers. Supprimer le droit du sol et limiter l’accès à la nationalité à la seule naturalisation sur des critères de mérite et d’assimilation.». Chacune de ces mesures montre que MLP ne veut pas arrêter l’immigration indispensable pour le capitalisme (chose qu’elle occulte), mais promeut les idées réactionnaires (racistes et semi-fascistes) pour affaiblir la solidarité internationaliste du prolétariat.

Une famille étrangère dont le père ou la mère est au chômage depuis un an de chômage sera expulsée selon la proposition lepéniste. Cette mesure engendrera des drames incommensurables. Avec MLP les travailleurs étrangers n’auront aucun droit sinon le devoir d’être jetés hors du territoire national après avoir été pressés comme un citron. Eric Zemmour a servi à «dédiaboliser» MLP. Des journalistes de la chaine de télévision M6 lui ont demandé «si elle n’avait pas changé ?». Elle leur répondit «Non. Fondamentalement, je n’ai pas changé». Sur la forme elle a «lissé» son discours en se présentant sans vergogne comme la «candidate du pouvoir d’achat» des petites gens. MLP flatte avec une démagogie sociale (mesurettes financées avec l’argent public et non-contraignantes pour le patronat) et nationale («préférence nationale») les plus bas instincts des masses arriérées politiquement et déboussoler par les reniements et les trahisons des partis politiques de la gauche réformiste.

Le fait que JL Mélenchon, les trotskistes et d’autres n’aient pas conduits un combat idéologique et politique puissant contre MLP et Zemmour dénote de leur effondrement idéologique patent. Certains communistes-révolutionnaires ne sont pas préoccupés qu’une partie de la classe ouvrière (les travailleurs étrangers) dont ils se disent les défenseurs, vivra dans un statut administratif de parias si MLP ou Zemmour gagne l’élection présidentielle. Si, demain leurs camarades étrangers de combats et de travail subiront les foudres de la «préférence nationale» cela les indiffèrent. Ils ont la possibilité électorale d’éviter cette perspective, mais ils ne la prendront pas.

Pensent-ils remporter des victoires sur la bourgeoisie alors qu’une partie des travailleurs étrangers extra-européens sera privée de droits démocratiques : situation qui fera d’elle une réserve de la bourgeoisie qu’elle pourra utiliser contre tout mouvement gréviste. Nous savons tous que l’absence d’égalité des droits entre les travailleurs français et étrangers et le racisme sont des facteurs qui favorisent leur division face à la bourgeoisie.

Si, des communistes et des progressistes en cas d’un duel Macron/MLP, Macron/Zemmour, Mélenchon/MLP ou Mélenchon Zemmour s’abstiennent de voter pour le libéral de gauche Macron ou le socialiste en «colère» Mélenchon, on se demande à quoi cela correspond ? S’ils ne veulent pas se «salir» les mains ils oublient que l’histoire du bolchevisme est remplie de compromis que les révolutionnaires à la sauce trotskiste et boukharinienne (social-démocrate) ont combattu ! Croient-ils qu’une victoire électorale de MLP provoquera une recrudescence de la lutte sociale ? On ne peut fonder une politique sur le pire. Dans la vie on ne lutte pas seulement pour gagner des choses, mais également pour les préserver quand les vents sont contraires. Beaucoup de ces révolutionnaires communistes se réfèrent à Lénine, mais ils ont oublié que celui-ci savait distinguer un compromis imposé par des circonstances défavorables et un compromis non nécessaire découlant d’une attitude opportuniste. Le compromis ou le non compromis découle du rapport de force entre les classes, de leur disposition, et non de la volonté des individus et des partis politiques.

C’est une mauvaise appréciation politique que de s’abstenir dans l’éventualité d’un duel Macron/ Le-Pen au second tour de l’élection présidentielle et de laisser la possibilité à la seconde de gagner. Personnellement, j’entends autour de moi l’idée que Macron et LePen s’est la même chose ce qui n’est pas vrai rien que dans le sens où il ne propage pas le racisme et agite l’idée d’établir un régime d’exception pour les travailleurs étrangers. Il est un social-libéral qui a poursuivi et aggravé la politique sociale de Hollande. Son gouvernement est constitué de socialistes et de gens de droite. Dans le cas d’un duel Macron/ JL Mélenchon au second tour de la présidentielle, il va de soi que ne pas appeler pour le second serait une erreur politique, malgré que du point de vue communiste, marxiste-léniniste, le programme de Mélenchon ne vaut rien.

5 avril 2022, Salah Sakhri.

******************************

Nous soulevons quelques remarques à propos de cet article de Salah Sakhri :

Nous partageons évidemment sur le fond la critique, voire la révolte de Salah, sur l’opportunisme de la « gauche » en ce qui concerne – entre autres ! – l’immigration. La discussion actuelle porte aujourd’hui sur le contenu que l’on met aux votes que nous ferons au premier comme au deuxième tour.

Beaucoup de gens hésitent au premier tour. Quant au second tour, il faudra apprécier les résultats du 1er pour se déterminer. Toutefois, Macron ne nous apparait pas comme « un libéral de gauche ». Macron « social » ?? Macron «de gauche » ?? Tout au long du quinquennat la politique du gouvernement s’est droitisée et elle est aussi raciste (voir la campagne sur l’Islamo-gauchisme », la politique et le comportement personnel de Macron en Afrique), l’indulgence de son gouvernement envers les fascistes, notamment dans la police, et tout dernièrement en interdisant la GALE antifasciste. Sans parler de la politique inhumaine des réfugiés (Frontex, les CRA, Calais,…)

Macron et son gouvernement n’ont eu de cesse de renforcer les moyens de répression, de réduire les droits de grèves, de manif, d’expression et d’immigration — on l’a bien vu avec les Gilets Jaunes. Toutefois, il ne le fait pas avec des déclarations forte à la Le Pen-Zemmour, il est « libéral » il y va plus discrètement. Le gouvernement Macron sait que l’économie a besoin d’une main d’œuvre pas chère. Aujourd’hui au niveau international, ce gouvernement joue les va-t’en- guerre et développe le budget d’armement.

Donc non, on pense que l’on ne peut pas combattre LePen/Zemmour avec Macron. L’unité des travailleurs doit se créer dans leur lutte commune.

C’est peut-être différent pour Mélenchon. Que l’on vote Mélenchon en pensant qu’il réglera le passif social en faveur des exploités serait une grave erreur – Salah Sakhri ne le pense pas ! Mélenchon risque fort de pratiquer la politique menée en son temps par Mitterrand : du cinéma social pendant une année et après il se pliera, consciemment ou non, aux intérêts de la grand bourgeoisie : il appela « modernisation » un démantèlement des grandes entreprises qui « mondialisèrent » l’industrie. C’est vrai que certains espèrent que la venue de Mélenchon boostera la résistance sociale. Il n’en a rien été en 1982 (avec Mitterrand), il n’en sera rien avec Mélenchon. La grande bourgeoisie y veillera, elle qui domine l’appareil d’Etat en fusion avec les grandes entreprises dans le Capitalisme Monopoliste d’Etat.

Construisons notre camp – pour la reconstruction d’un véritable Parti Communiste révolutionnaire ! Pour l’unité des communistes révolutionnaires !

*******************************

Réponse à nos remarques par le Camarade :

mon texte fait une nette différence entre qui va gouverner la France ses 5 prochaines années, l’orientation anti-ouvrière, anti-populaire et impérialiste au niveau de la politique internationale des gouvernements dévolus à la bourgeoisie et de la possibilité d’une victoire électorale notamment de MLP.

Mon texte ne dit pas que la politique macroniste est un rempart contre l’ascension des idées lepéninistes. Le macronisme est le fruit de la dégénérescence idéologique de la social-démocratie; en effet, souvenez-vous de la proposition du cercle de réflexion Terra-Nova qui préconisait aux socialistes de laisser les ouvriers aux mains du FN (RN) pour se concentrer sur les questions sociétales et non sociales. Le macronisme est le produit de cet agiornamento-idéologique.

Non, je dis simplement que la perspective d’une électorale de MLP au second tour de l’élection présidentielle doit être combattu par le courant communiste-révolutionnaire d’une part et d’autre part si cela se réalise cela ouvrirai à l’évidence une politique encore plus répressive envers les travailleurs étrangers. Certains communistes par désespoir ou dépit (cela n’est pas une attitude responsable) se laissent aller à dire “après tout Macron est un réactionnaire et MLP un réactionnaire” advienne que pourra… cela ressemble à la politique du pire d’une part et d’autre part c’est une acceptation au fond que le RN n’est plus un parti semi-fasciste.

Camarade, je ne suis pas révolté contre “l’opportunisme de gauche”, mais en désaccord avec ceux qui parle d’internationalisme et “laisse” en pratique le RN semi-fasciste promouvoir avec autant de facilité la réaction et la division de la classe ouvrière. A moins que cela ne cache l’état l’esprit que Lénine dénonce dans un article, je m’excuse de le citer de mémoire : du chevalier qui a la vue d’une cortège dit “je vous souhaite d’en porter encore”.

De nombreux travailleurs français d’origine maghrébine ou noirs, sans même compter ceux qui ont la nationalité française, me disent tous que même s’ils détestent Macron, n’apprécient pas Mélenchon voteront pour eux en cas d’un duel contre MLP au second tour. Comment expliquez-vous ce rejet de MLP et Zemmour chez ces travailleurs ? Ensuite, comment expliquez-vous que MLP obtient des scores élevés parmi les travailleurs autochtones ?   En tout cas ces ouvriers ne sont pas un exemple à suivre. Ces ouvriers se conduisent comme s’ils n’avaient qu’un but : se faire les relais de la réaction et de l’affaiblissement de la solidarité de classe et internationaliste qui sied à toute classe ouvrière. C’est ni plus ni moins que du chauvinisme.

La conséquence logique de cette attitude c’est que le RN apparaît comme le défenseur des ouvriers et des petites-gens: thèse défendue et inculquer par les médias bourgeois aux masses arriérées politiquement.

Camarade, sur le terrain théorique Staline dans son dernier ouvrage économique (octobre 1952) évoquait la subordination et non la fusion de l’appareil d’État par les monopoles industriels et financiers. La thèse du CME est une thèse khrouchtchévienne approuvée par le PCF pour justifier sur le terrain politique la stratégie réformiste de la conquête d’une majorité électorale du Parlement pour aller au socialisme. De nombreux travailleurs comptent voter Mélenchon… à mon avis la propagande seule ne suffit pas à soustraire les travailleurs à l’influence social-réformiste du mélenchonisme sur eux. Une tactique positive et non plus négative le soutenir tout en ne cachant pas nos désaccords idéologiques et politiques avec son programme seraient sans doute plus efficace que de s’en tenir à la même tactique de dénonciation. Nous menons cette tactique depuis des lustres et pourtant nos idées sont loin de pénétrer en masse au sein de la classe ouvrière et des masses populaires. Un moment il faut s’interroger sur la pertinence, pas la justesse de notre analyse du développement social, d’une tactique avec sang-froid, lucidité, savoir peser et réfléchir comme disait Lénine au moment où il faut passer à la lutte révolutionnaire et au moment à la lutte réformiste. Hé, oui Lénine ne se payait pas de mots il savait passer de l’une à l’autre méthode et forme de lutte sans jamais céder le moindre pouce sur le terrain des principes révolutionnaires.

J’accepte votre proposition d’insérer vos remarques à la fin de mon texte, mais accompagnés de cette dernière remarque. SF. salah sakhri

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.