29 mai 2024

G.I. Abdallah: pour la libération des prisonniers politiques

Nous ferons de cette semaine qui suit le 1er Mai une semaine de lutte contre l’oppression et l’exploitation internationales.  A cette occasion nous publierons diverses prises de positions anti-impérialistes et anti-fascistes. Préparons le 1er Congrès du  Front Uni anti impérialiste et anti-fasciste qui se tiendra en début septembre de cette année. Nous commencerons par réaffirmer notre engagement pour la libération de Georges Abdallah des prisons française. Voici son courrier de fin avril.

*************************

“Cher«e»s Camarades, Cher«e»s Ami«e»s,

Il y a à peine deux semaines, de nombreuses activités ont été organisées en
Palestine et dans différents pays limitrophes et ailleurs, pour célébrer la « Journée de la
Terre ». Dans le même temps d’autres activités ont été développées pour animer la
« Journée Internationale du Prisonnier Révolutionnaire ». Aujourd’hui, nous voici
rassemblé«e»s de nouveau ici, comme d’autres le font ailleurs, afin de célébrer la «
Journée du Prisonnier Palestinien » et exprimer par-là même notre indéfectible solidarité
avec les Résistantes et les Résistants embastillé«e»s dans les geôles sionistes et soutenir
plus particulièrement les diverses initiatives de lutte en cours ces jours-ci, en vue
d’arracher aux griffes des criminels geôliers le Camarade Walid Dakka dont l’état de
santé est désormais alarmant.
Camarades et Ami«e»s, comme vous savez, il était prévu qu’au début du mois de
Ramadan, « la Direction Unifiée du Mouvement des Prisonniers dans les geôles
sionistes » appelle à une grève de la faim illimitée, en réponse aux mesures fascistes
décrétées par le ministre israélien de la sécurité, le suprémaciste Itamar Ben Gvir, à
l’encontre de nos camarades incarcérés… Tout était bien préparé pour que cette bataille
soit la bataille de tous les prisonnières et les prisonniers dans les geôles sionistes et
qu’elle s’étende et s’unisse aux divers champs d’affrontement à Naplouse, à Janine, à
Jéricho, à Ashkelon, à Al-Quds, à Gaza et à Oum Al-Faham. La mobilisation et
l’enthousiasme des masses populaires en échos à cette perspective étaient tels qu’au
dernier moment, à un jour du début de Ramadan le Gouvernement sioniste a dû retirer
ces mesures fascistes, et par conséquent « la Direction Unifiée du Mouvement des
Prisonniers » a suspendu l’appel à la grève. Camarades et Ami«e»s, ce n’est que partie
remise ; nous savons tous que ce n’est qu’en fonction d’un certain rapport de force que le
gouvernement israélien a dû accepter les revendications des camarades et retirer ses
mesures fascistes. Certainement, il ne tardera pas à revenir à la charge. Ces milliers de
prisonnières et de prisonniers embastillés depuis tant d’années, _ pour certains depuis
plusieurs décennies, _ incarnent aujourd’hui plus que jamais la Résistance du peuple
Palestinien dans la pluralité de ses expressions. Et ce gouvernement sioniste plus que
tout autre auparavant, ne peut qu’intensifier la répression et tenter d’élargir toujours plus le champ de destruction de tout ce qui est Palestinien et plus particulièrement tout ce qui
agrège la volonté collective de Résistance globale. De toute façon dans sa fuite en avant il
ne peut pas avoir d’autres choix… Certes, il va droit au mur et beaucoup de ses plus zélés
protecteurs et complices le savent aussi ; mais eux à leur tour, ils n’ont pas d’autres choix
et ils vont droit au mur.
Vous savez Camarades, De nos jours, nous vivons tous sous l’hégémonie du
capital mondialisé. Aucun pays ne peut échapper complètement au mécanisme
destructeur de cette hégémonie. C’est ce « capitalisme mondialisé » à savoir le
capitalisme réellement existant, qui est en crise. Et c’est bien contre ce capitalisme que
les communistes et tous les protagonistes révolutionnaires devront vaincre pour vaincre la barbarie…Pour la survie de l’humanité, pour la survie de notre planète il faut savoir se
débarrasser du capitalisme et de sa barbarie et au plus vite.
Camarades et Ami«e»s, la crise pluridimensionnelle qui ébranle les piliers du
système et aiguise de plus en plus les contradictions inter-impérialistes, elle accélère
partout ces jours-ci, les divers processus de fascisation… c’est bien pourquoi l’entité
sioniste, ce prolongement organique de l’impérialisme occidentale, est l’un des endroits où cette fascisation s’affiche sans ambages ces jours-ci. Tout naturellement, comme partout, les protagonistes de la lutte révolutionnaire, surtout celles et ceux qui incarnent par leur simple existence, la volonté collective de Résistance, font l’objet de préférence des politiques d’anéantissement que les fascistes de tous bords s’empressent à mettre en
œuvre.
Depuis plus d’un siècle, Le peuple palestinien se bat contre le projet impérialo-
sioniste de peuplement en Palestine. C’est dans le cadre global de cette Résistance
historique que l’on peut mieux saisir l’articulation dynamique des divers facteurs
structurant « la volonté collective de Résistance » et la place particulière qu’occupe « LE
PRISONNIER » dans la mémoire collective palestinienne.
Peut-être serait-il utile de rappeler brièvement que la création des « Arab
Investigation Centres » (« Centres d’enquêtes arabes ») remonte à 1920 où les autorités
britanniques interrogeaient les prisonniers arabes de la Palestine mandataire en recourant
à des méthodes de torture telles que le waterboarding (torture par l’eau). La création de ces centres s’inscrit
dans le contexte de la grande violence de la répression britannique lors des révoltes en
Palestine de 1920 à 1939. C’est de cette époque la mise en œuvre de la politique de
répression généralisée décrétant notamment la « détention administrative » le couvre-feu,
la punition collective, la destruction des maisons. Dans le contexte de cette criminelle
politique de répression à tout va, ils ont créé ces « Arab Investigation Centres » (Centres
d’enquêtes arabes) où les autorités britanniques se livraient aux pires excès en recourant
à des méthodes de torture telles que le waterboarding susmentionné. Pour briser la
volonté des Résistants prisonniers …
Tout au long de cette épopée historique et jusqu’à nos jours le « Résistant
prisonnier » à côté du « Martyr » est la figure partagée par la majorité des familles
palestiniennes. … Hier ils étaient plus de 12500 prisonniers, suite à la « Grande Révolte
Palestinienne » et aujourd’hui ils sont encore plus de 5000 autres Résistants captifs…
Dans cet esprit, Camarades, En 1974, « La Conférence Nationale Palestinienne », a
décrété le 17 avril « Journée du Prisonnier Palestinien ». Cela n’était pas seulement
destiné à dénoncer à cette occasion, la barbarie de l’occupant sioniste, ni seulement en
vue d’honorer les Résistant«e»s captifs en rappelant aux masses populaires leurs
sacrifices et leur inébranlable volonté de tenir debout face à la soldatesque sioniste. La
célébration de cette « Journée du Prisonnier Palestinien » est destinée avant toute autre
chose, à affirmer haut et fort la ferme détermination d’arracher nos camarades aux griffes
de leurs criminels geôliers. En effet, à plusieurs reprises, les avant-gardes de la lutte
révolutionnaire palestinienne ont assumé cette tâche avec beaucoup de courage et
d’abnégation obligeant l’ennemi à libérer des milliers des camarades captifs sans aucune
contrepartie de leur part.
Certainement, aujourd’hui comme hier, la libération des prisonniers révolutionnaires
est un devoir prioritaire ; elle a toujours été un moment de grande effervescence populaire et a participé de la façon la plus significative au rayonnement de la révolution
palestinienne et à l’enrichissement de la lutte, aussi bien au niveau régional qu’au niveau
international.
Soyons, Camarades, à la hauteur de ce devoir ! Et au besoin, rappelons à voix
haute, toutes et tous que c’est le devoir le plus sacré et que tout révolutionnaire doit être
toujours prêt à s’en acquitter !
Soyons dignes de l’épopée des flambeaux de la liberté, ces indomptables Héros
résistants captifs dans les geôles sionistes ! Libérons-les !Que mille initiatives solidaires fleurissent en faveur de la Palestine et sa prometteuse Intifada !
La solidarité, toute la solidarité avec les résistants dans les geôles sionistes, et dans les
cellules d’isolement au Maroc, en Turquie et aux Philippines et ailleurs de par le monde !
Que mille initiatives solidaires fleurissent en faveur de notre Camarade Walid Dakka !
La solidarité, toute la solidarité avec les camarades révolutionnaires résistants dans les
geôles en Grèce !
La solidarité toute la solidarité avec les prolétaires en grève dans ce pays !
Honneur aux Martyrs et au masses populaires en lutte !
Le capitalisme n’est plus que barbarie, honneur à tous ceux et celles qui s’y opposent
dans la diversité de leurs expressions !

Ensemble Camarades, et ce n’est qu’ensemble que nous vaincrons !
À vous tous Camarades et Ami«e»s mes plus chaleureuses salutations révolutionnaires.

Votre camarade Georges Abdallah Le 17 avril 2023″

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *