Résolution finale de la 3ème Conférence Mondiale des Femmes Tunis 2022

L’UPML est investie dans le mouvement des femmes de la planète qui s’active pour renforcer la conscience et la coopération internationalistes et solidaires dans la lutte contre le capitalisme et le patriarcat. Tous les 5 ans une conférence mondiale des femmes de la base est organisée et nos camarades ont pu participer du 3 au 10 septembre à Tunis à la 3ème conférence mondiale qui malgré tous les obstacles bureaucratiques, sanitaires, économiques a été un plein succès. 

 3ème Conférence Mondiale des Femmes –   Tunis 2022

Résolution de Clôture :

« Nous sommes des femmes, nous sommes fortes ! »

Enfin! La 3ème Conférence Mondiale des Femmes de la Base s’est tenue à Tunis/Tunisie du 3 au 9 septembre 2022 avec des participantes solidaires, assoiffées de savoir, avide de débat, sûres d’elles et confiantes de la victoire. Avec une manifestation militante très médiatisée, une cérémonie d’ouverture festive, 31 ateliers, une assemblée générale riche en contenu, des soirées culturelles inspirantes et une plénière de clôture commune, elle a suscité les esprits et les émotions sous le slogan « Nous sommes des femmes, nous sommes fortes. ”

La conférence avec 450 participants, 93 délégués de 42 pays a été menée dans un travail inlassable par les hôtes chaleureux du comité des femmes Latifah Tamallah, ainsi que le comité préparatoire tunisien comprenant une dizaine d’organisations : organisations de femmes et de droits humains, syndicats, femmes rurales, ainsi que les coordonnatrices des femmes du monde et d’innombrables militantes à travers le monde.

Tout cela à contre-courant d’un monde dont les systèmes de pouvoir ne peuvent exister que dans les crises : crises économiques, crises politiques, crises environnementales, crises alimentaires, crise de la politique bourgeoise des réfugiés, crises sanitaires, crises de la dette…

De nombreuses régions du monde ont déjà été ébranlées par les guerres des dernières décennies. La guerre en Ukraine porte comme qualité nouvelle le danger d’une 3ème guerre mondiale, une catastrophe nucléaire par une guerre injuste des deux côtés. Nous assistons à une crise environnementale mondiale qui se transforme en catastrophe et détruit notre existence.

Les deux le montrent sans relâche : l’impérialisme mène à la guerre et détruit nos bases de vie. Les États-Unis restent le principal fauteur de guerre. Dans leur lutte compétitive, l’OTAN et toutes les puissances impérialistes passent par des cadavres. La manipulation bourgeoise de l’opinion utilise la guerre d’Ukraine pour détourner l’attention d’autres points focaux.

Nous voyons le lien : L’occupation de la Palestine par l’Israël sioniste au mépris du droit international. L’agression brutale de la Turquie contre le Rojava et 10 ans de «révolution des femmes ». La terreur des fanatiques religieux, des djihadistes, des talibans contre les masses en Afghanistan. Le piétinement du droit à l’autodétermination du peuple du Sahara occidental. L’exploitation néo-coloniale particulière de l’Afrique.

Pour les femmes du monde, tout cela signifie des souffrances, des humiliations, des douleurs incommensurables : on entend parler de féminicides, de violences sexuelles, de mutilations génitales, de mariages d’enfants, de tétons coupés en trophées, de ventres de femmes enceintes éventrés vifs, de coups de fouet, de bébés morts de familles de réfugiés échouées sur les plages, machisme, sexisme, prostitution forcée – y compris des enfants, oppression et meurtre de LGBT+, femmes décédées parce que l’avortement a été refusé, viol collectif comme arme de guerre ordonnée, ciblée et récompensée, bas salaires, persistance flagrante différences salariales par rapport aux hommes, chômage de masse, pauvreté des personnes âgées, inflation épouvantable, sécheresse et inondations, emprisonnement, terreur et torture contre les femmes résistantes et les femmes révolutionnaires. Nous avons entendu comment une paysanne vit et proteste contre la destruction de son espace de vie, la Terre Mère. Tout cela, en aucun cas seulement dans les soi-disant « régions arriérées du monde », mais aussi au milieu des soi-disant « pays riches et avancés » – précisément sous la domination impérialiste !

Ce sont les visages de la double et triple exploitation et oppression des masses de femmes, de la violence sexualisée, avec tous ses visages dégoûtants, par les plus grands auteurs patriarcaux de violence : le système étatique et familial des pays féodaux, capitalistes et impérialistes.

Nous exigeons donc que tous les impérialistes se retirent de nos pays. OTAN – sortez de nos pays.

Dans le monde entier, les femmes luttent contre les crimes environnementaux. Nous collaborons avec toutes les forces qui veulent sauver notre Terre Mère.

Les ouvrières et paysannes, les femmes indigènes, les écologistes, les militantes des droits de l’homme et les jeunes femmes du monde s’opposent courageusement à tout cela : en tant qu’individus, dans des initiatives, des mouvements, des organisations de femmes, des syndicats, des partis, à travers des expositions et des documentations courageuses du crime, par des procès menés au péril de leur vie, par des grèves, par l’organisation d’écoles clandestines, dans des mouvements de masse pouvant aller jusqu’à des soulèvements. De plus en plus souvent, des situations révolutionnaires surviennent dans lesquelles les masses ne veulent plus vivre comme avant et les dirigeants ne peuvent plus gouverner comme avant. Car – aujourd’hui tout le monde pourrait avoir du travail, du pain, une bonne santé et éducation ! Cela n’est possible que sans le capitalisme, l’impérialisme et le patriarcat.

Mais ne nous y trompons pas : aucun soulèvement, aucune révolution ne peut être durable s’il n’y a des gens fermes, ancrés, conscients, prêts à tout, organisés en mouvements de masse, en organisations de masse et en partis et travaillant ensemble en toute confiance. Ce n’est qu’avec la classe ouvrière internationale qu’émergera la force supérieure à l’impérialisme, insurmontable avec sa clarté, ses perspectives révolutionnaires et ses connexions mondiales. La nouvelle société de libération des femmes et de toute l’humanité triomphera sur toute opposition acharnée.

Les batailles préliminaires se déroulent dans l’esprit et le cœur des gens. Les idées destructrices, démoralisantes et séparatives des gouvernants doivent perdre leur pouvoir : fascisme, machisme, sexisme, colonialisme, racisme, nationalisme, chauvinisme, opportunisme, anticommunisme, postmodernisme, sionisme, religions politiquement détournées et modes de pensée et comportement.

En tant que mouvement de femmes du monde, nous apportons une contribution déterminée. Chacune de nous assume la responsabilité de notre programme ambitieux jusqu’à la 4e Conférence mondiale des femmes en 2027 :

  • Travail quotidien de sensibilisation et d’organisation pour le mouvement de masse des femmes le plus large, de la religion à la révolution.
  • Fortes journées mondiales de lutte les 8 mars, 1er mai et 25 novembre, avec les appels de la Conférence mondiale des femmes, et nous nous mobilisons pour la Journée mondiale de la paix. En ces jours de lutte, nous voulons lutter ensemble en tant que femmes de la planète contre les crises et les guerres mondiales. Le 8 mars doit devenir un jour férié. Quand le moment est venu – grève des femmes !
  • Deux conférences continentales sur chaque continent.
  • En 2024/25 le deuxième séminaire théorique : « Révolution des femmes – transformation socio-écologique – révolution socialiste : comment vaincre l’impérialisme ?
  • Nous renforçons les coordinatrices des femmes du monde, élisons à l’avenir quatre coordinatrices sur chaque continent et incluons les jeunes femmes du monde de manière contraignante. Ils travaillent en étroite collaboration, mais deux coordinateurs se concentrent chacun sur la coordination continentale et deux sur la coordination mondiale.
  • Nous lançons un appel urgent aux organisations, partis et mouvements : Donnez-leur plus de ressources et de soutien ! Favoriser le changement de générations.
  • Fondons des comités continentaux de jeunes femmes. Une jeune femme de chaque pays fait partie du comité.
  • Nous formons un comité permanent d’organisation pour ne jamais nous épuiser en désorganisation.
  • Nous vous invitons chaleureusement : participez à la plate-forme des femmes du monde dans le front uni anti-impérialiste et antifasciste ou dans de nouveaux amalgames révolutionnaires. Dans nos organisations et mouvements, nous promouvons tous l’éducation, la confiance en soi et que les femmes et les filles assument des fonctions de direction. Nous tendons la main et joignons nos mains à tous les partenaires de l’alliance.

Femmes et filles du monde – notre heure est venue !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.