14 juillet 2024

“Holodomor” – le conte de fées du “génocide de Staline” en Ukraine

A l’occasion des développements actuels en Ukraine, divers auteurs et mouvements anticommunistes voient le moment venu de colporter à nouveau le conte de fées de la « terreur de la faim » soviétique au début des années 1930.

On a pu lire que « En 1931-1933, Staline brisa la résistance des paysans à la création des kolkhozes en détruisant leurs récoltes et leurs animaux. Deux à trois millions de personnes sont mortes de faim rien qu’en Ukraine. » Cette histoire d’horreur n’est pas nouvelle. Il a été mis au monde pour la première fois en 1933/34 par les fascistes hitlériens, puis repris par la presse Hearst aux États-Unis, qui collaborait avec Hitler, et a depuis été diffusé à maintes reprises dans des livres anticommunistes. Le 29 novembre 2006 , le président ukrainien de l’époque, Viktor Iouchtchenko, a fait adopter une loi rendant « illégal » le « déni public de l’Holodomor » (le terme signifie littéralement “tuer par la faim”. Il a parfois été traduit par “Hungerholocaust” pour l’assimiler au meurtre de masse fasciste des Juifs.). De quoi s’agit-il réellement ?

La famine en Ukraine de 1932/33 a eu quatre causes principales :
Ce fût surtout le résultat du sabotage systématique par les koulaks (grands propriétaires fonciers) et les éléments réactionnaires hostile à la collectivisation de l’agriculture en Union soviétique socialiste commencée en 1929. Les koulaks, pour lesquels des millions de petits exploitants et de journaliers devaient travailler pour des salaires de misère, se sont défendus contre leur expropriation. Pour la majorité des paysans, le regroupement pour la grande agriculture collective dans les kolkhozes signifiait leur libération du travail obligatoire, de l’arriération et de la pauvreté abjecte. Les koulaks, en revanche, ont perdu la plupart de leurs biens et privilèges.
Dans un livre sur un voyage en Union soviétique durant cette période, Frederick Schuman, plus tard professeur au Williams College, écrit : « L’opposition (des koulaks) a d’abord pris la forme de l’abattage de bétail et de chevaux. Les animaux ne doivent pas être collectivisés. Le résultat a été un coup dur pour l’agriculture soviétique, car la plupart des vaches et des chevaux appartenaient aux koulaks. Entre 1928 et 1933, la population de chevaux est passée de près de 30 millions à moins de 15 millions; de 70 millions de bovins dont 31 millions de vaches, il est tombé à 38 millions dont 20 millions de vaches. … Certains (koulaks) ont assassiné des fonctionnaires, incendié des biens communs, voire brûlé leurs propres récoltes et semences. » 1
Les koulaks et les prêtres alliés avec eux ont appelé à ne récolter que ce qui était nécessaire personnellement et pour la semence. Un bon nombre de koulaks sont allés eux-mêmes dans les kolkhozes et y ont pris des positions dirigeantes. Certains se sont opposés à la taxe sur les céréales pour nourrir la population de la ville. Les autorités de l’État ont dû recourir à des collectes forcées, ce qui a encore aggravé la situation de la population rurale.
Une deuxième cause de famine était la sécheresse qui a ravagé une grande partie de l’Ukraine en 1930, 1931 et 1932. Le professeur Michael Florinsky, lui-même combattant anti-bolchevique pendant la guerre civile après la Révolution d’Octobre, le confirme : « Les graves sécheresses des années 1930 et 1931 ont rendu la situation de l’agriculture particulièrement difficile en Ukraine et ont créé des conditions proches de la famine. » 2
Troisièmement, la situation a été aggravée par une épidémie de typhoïde qui a fait rage en Ukraine et dans le Caucase du Nord . Même le scientifique britannique Horsley Gantt, qui a proposé le chiffre le plus absurde de 15 millions de morts par famine – ce qui aurait représenté 60 % de la population ukrainienne en 1932 – a admis que « le pic d’une épidémie de typhoïde coïncide avec le pic de la famine ». . […] Il est impossible de séparer la plus grande cause de décès de l’autre. » 3
La quatrième cause fut la situation sans aucun doute difficile qui accompagna les profonds bouleversements de l’Union soviétique socialiste et, en particulier, la collectivisation de l’agriculture. Au lieu de promouvoir l’association volontaire dans les kolkhozes, certains responsables du Parti communiste de l’Union soviétique (PCUS) ont eu recours à la coercition. C’était de l’eau au moulin des koulaks qui s’agitaient contre la collectivisation. À la fin des années 1920, des soulèvements contre la collectivisation ont éclaté dans l’ouest de l’Ukraine.
Le PCUS avait pointé du doigt le manque de formation des paysans comme une autre raison de l’insuffisance de la production céréalière. Dans la seule année 1933, 17 000 ouvriers du parti furent envoyés dans les kolkhozes à cette fin. Cela a entraîné une augmentation significative de la productivité et renforcé l’alliance entre ouvriers et paysans.
Des mesures extraordinaires prises par le gouvernement soviétique ont assuré une récolte réussie en 1933. Au printemps, 35 millions de kilogrammes de graines, de nourriture et de fourrage ont été envoyés en Ukraine. Plusieurs milliers de tracteurs, de véhicules utilitaires couplés et de camions ont également été livrés. En janvier 1933, quatre ans après la décision de collectivisation, il y avait 200 000 fermes collectives et 5 000 fermes céréalières et animales soviétiques.
Alors que les estimations réalistes allaient de un à deux millions de victimes de la famine de 1932-1933, le nombre de victimes a été arbitrairement gonflé dans l’intérêt de la propagande “Holodomor”.
L’une des sources douteuses est par ex. B. Thomas Walker, journaliste de la presse Hearst, qui n’est resté à Moscou que cinq jours en 1934 et a ensuite rapporté “6 millions de morts”.rapporté par la famine. Le responsable nazi Otto Schiller, chargé de réorganiser l’agriculture en Ukraine, a noté 7,5 millions de victimes. La liste des “témoins oculaires crédibles” pourrait s’allonger. Leur piste pointe vers l’origine des histoires d’horreur qui ont survécu jusqu’à ce jour : la préparation idéologique de la conquête de l’Ukraine par les fascistes hitlériens dans le cadre de leur campagne contre l’Union soviétique socialiste.

Sources:
1 Douglas Tottle, Fraud, Famine and Fascisme, The Ukrainian Genocide Myth from Hitler to Harvard, Progress Books, Toronto, 1987, p. 94
2 Ibid., p. 91
3 Idem, p. 97
Citations de Ludo Martens, “Staline vue autrement”.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *