19 juin 2024

La mobilisation grandit pour la libération de Georges Abdallah !

(voir en fin d’article la correspondance d’un camarade présent à Lannemezan)

Samedi 22 octobre 2022, plus de 1000 personnes ont manifesté devant les portes de la prison de Lannemezan pour exiger la libération immédiate de Georges Abdallah, communiste libanais et combattant de la résistance palestinienne emprisonné en France depuis 1984. Cette douzième manifestation de soutien au plus ancien prisonnier politique d’Europe a été un véritable succès suite au travail de nombreuses organisations, collectifs, campagnes, associations, syndicats et partis politiques durant un mois de mobilisation.

Aux côtés de Samidoun Espagne, Masar Badil et Samidoun Paris Banlieue, le Collectif Palestine Vaincra a organisé un cortège autour du mot d’ordre « Liberté pour Georges Abdallah ! Liberté pour la Palestine ! » qui a regroupé de nombreuses personnes solidaires. Scandant des slogans en français et en arabe en soutien à la résistance palestinienne contre l’impérialisme et le sionisme, le cortège s’est élancé dans les rues de Lannemezan arborant des drapeaux palestiniens et en soutien à Georges Abdallah ainsi que des pancartes en soutien à la résistance palestinienne, pour la libération de la Palestine de la mer au Jourdain, pour le boycott d’Israël ou encore pour la libération d’Ahmad Sa’adat et de Salah Hamouri.

En arrivant devant les portes de la prison de Lannemezan, la foule a scandé « Georges Abdallah, tes camarades sont là » en allumant des feux d’artifices afin d’être vus et entendus jusque dans l’intérieur du centre pénitentiaire.

Lue par Suzanne Le Manceau, Georges Abdallah avait rédigé une déclaration pour l’occasion soulignant son engagement révolutionnaire intact, en particulier aux côtés de la résistance palestinienne : « La chaleur de votre mobilisation et l’enthousiasme de votre engagement se moquent bien de ces abominables murs, de ces barbelés et autres miradors. Ils percutent la quotidienneté mortifère des cellules et nous laissent entrevoir des lueurs de victoire se dessiner à l’horizon. Camarades et amis, vos diverses initiatives solidaires que vous avez développé dans cette campagne internationale depuis un mois apporte un cinglant démenti à ceux qui misaient sur l’essoufflement de votre mobilisation. Dans cette campagne, la prison d’Ofer et toutes les geôles sionistes ont toutes votre attention et, tout naturellement, l’expression de votre solidarité active est toujours plus vivifiante pour ceux et celles qui y sont embastillés depuis tant d’années ». Il a poursuivi sa déclaration en soulignant : « Face à l’émergence et à l’affirmation d’une nouvelle génération de résistants, tout particulièrement en Cisjordanie, la soldatesque sioniste se livre aux pires excès : tuant tous les jours des jeunes et des moins jeunes, détruisant des maisons, confisquant de nouvelles terres sous des prétextes fallacieux et, dernièrement, encerclant des villes pour un blocage complet. La résistance fait face ! C’est aux hommes et aux femmes de bonnes volontés d’en faire autant au niveau régional et international. » La militante historique du soutien à Georges Abdallah a conclu la lecture de la déclaration du communiste libanais par un hommage au jeune martyr palestinien Oday al-Tamimi qui a résisté les armes à la main jusqu’à son dernier souffle face aux forces coloniales sionistes.

Ensuite, de nombreuses déclarations ont été lues par différentes organisations solidaires, notamment par une militante du Collectif Palestine Vaincra. Celle-ci a déclaré : « Aujourd’hui, nous sommes heureux d’être à vos côtés pour exiger la libération immédiate de Georges Abdallah ! Nous le sommes d’autant plus que Macron et son gouvernement ont tenté de nous réduire au silence en procèdent à notre dissolution, ainsi que celle du CAP et de nombreuses organisations antifascistes, antiracistes et/ou musulmanes. Et grâce à votre solidarité exemplaire, nous sommes là, toujours déterminés à construire un large mouvement de solidarité pour la libération immédiate de Georges Abdallah et plus largement pour la libération de l’ensemble des 4650 prisonnières et prisonniers palestiniens. » Elle a conclu notre déclaration par un appel à la Marche pour le Retour et la Libération de la Palestine organisée le 29 octobre prochain jusqu’aux portes du Parlement européen à Bruxelles par le mouvement palestinien, arabe et international Masar Badil. La journée s’est terminée autour de boissons et collations proposées par différentes associations, dont le Collectif Palestine Vaincra, ainsi que l’engagement renouvelé de poursuivre la mobilisation. Une nouvelle fois, le Grup Yorum a proposé un concert de chants de luttes anti-impérialistes. Par ailleurs, des sympathisants de la LJR ont organisé une collecte en soutien aux militants qui ont envahi un terrain de foot durant un match à Lyon afin de visibiliser la cause de Georges Abdallah.

La veille, le Collectif Palestine Vaincra organisait un meeting « Liberté pour la Palestine – Liberté pour Georges Abdallah » réunissant plus de cent personnes à la Bourse du Travail de Toulouse qui arborait une grande banderole Free Georges Abdallah sur la devanture du bâtiment. Celui-ci était introduit par une intervention de Robert Abdallah, frère et porte-parole de la Campagne libanaise pour la libération de Georges Abdallah, qui a dénoncé le gouvernement français qui poursuit sa politique néo-coloniale et impérialiste de la France vis-à-vis du Liban tout en gardant en otage un combattant communiste dans ses prisons depuis 38 ans alors qu’il est libérable depuis 1999.

La soirée s’est poursuivie par l’intervention de Jaldia Abubakra, militante palestinienne de Samidoun Espagne et de Masar Badil. Elle a introduit son intervention en soulignant le travail effectué par de nombreux comités de soutien qui a permis de faire connaitre très largement le sort réservé à Georges Abdallah. Elle a ensuite parlé du travail mené localement par Samidoun, notamment contre l’entreprise VBare, en rappelant que c’est d’abord par une pratique militante conséquente que la situation évoluera en accumulant des forces jusqu’à la victoire contre la colonisation sioniste de la Palestine. La soirée a continué avec l’intervention de Pierre Stambul de l’Union Juive Française pour la Paix autour de la complicité historique entre la France et le projet sioniste (à lire en entier ici). Celui-ci a souligné que « ce n’est pas seulement à cause du coup de téléphone d’Hillary Clinton que [Georges Abdallah] est maintenu en prison. C’est l’expression de la complicité française » rappelant que celle-ci « est très ancienne. Rappelons que la SFIO de Guy Mollet a participé avec Israël à l’expédition impérialiste de Suez et qu’elle a transféré en Israël une technologie qui permet à ce pays de détenir l’arme nucléaire. » Après un exposé précis sur la politique de criminalisation du mouvement de solidarité avec la Palestine et l’instrumentalisation de l’antisémitisme, il a conclu son intervention en réaffirmant  : « Eh bien, non. Israël est né d’un nettoyage ethnique prémédité qui n’a rien de légitime. L’antisémitisme est un crime, l’antisionisme est un devoir. Nous continuerons à nous battre pour la libération de la Palestine, pour celle de Salah Hamouri et pour celle de Georges Abdallah. » Le meeting de soutien a été conclu par une intervention en visioconférence d’Elsa Lefort, porte-parole du Comité de soutien à Salah Hamouri. Celle-ci a rappelé que son mari est la cible d’un acharnement politique depuis 20 ans de la part de l’occupation israélienne. Aujourd’hui, il est emprisonné depuis le 7 mars dernier sous le régime de la détention administrative, sans inculpation ni jugement. Récemment, il a participé à une grève de la faim collective afin de dénoncer cette pratique d’emprisonnement héritée de la Palestine sous mandat colonial britannique. Enfin, elle a souligné l’importance de développer la campagne de soutien à tous les niveaux (de rue jusuq’à l’interpellation de parlementaires) afin que cesse la passivité des autorités françaises dans le maintien en détention d’un citoyen français alors qu’il se voit emprisonné injustement et qu’il est sous la menace d’une expulsion de sa ville natale, Jérusalem. 

 Le soir, plus de cent personnes ont participé au meeting de soutien à Georges Abdallah et à la Palestine à la Bourse du Travail de Toulouse. Une solidarité grandissante avec le peuple palestinien et sa résistance !#FreeGeorgesAbdallah pic.twitter.com/nPl1STEoG6

— Collectif Palestine Vaincra (@Collectif_PV) October 21, 2022

**************************************

Samedi 22 octobre 2022 : manif de soutien à Georges ABDALLAH

Correspondance Lannemezan (65)
Comme l’a dit en substance George Abdallah, il faut créer le rapport de forces qui fera qu’ils
auront plus de problèmes à me garder en prison plutôt qu’à me libérer.
Libérer Georges Abdallah sera alors comme libérer l’État français d’un poids trop lourd pour lui.
Un poids fait de trente huit ans de captivité, de résistance à la douleur physique et mentale et de
maîtrise de soi, de combat derrière les barreaux pour le peuple palestinien, du soutien massif et
grandissant au fil des années à travers la France et l’Europe (pour ne parler que de ce qui est
proche de nous).
George Abdallah force l’admiration de tous ceux et celles qui ont été en contact avec lui ou qui ont
été simplement touchés par la droiture et la justesse de ses propos, chaque année l’objet d’un
communiqué, délivrés depuis sa cellule où il vit à l’isolement.
Nous étions plus d’un millier à exiger sa libération ce samedi 22 août à Lannemezan (65), grâce à
la mobilisation des comités de soutien et des syndicats de lutte de classe.
Les mots d’ordre particulièrement combatifs montrent que l’affirmation politique du combat de
Georges va bien au-delà de la défense de sa propre personne : « Vive la lutte armée du peuple
palestinien ! », « Palestine vivra, Palestine vaincra, libérez Georges Abdallah ! » et bien sûr,
toujours : « Abdallah ! Abdallah ! Tes camarades sont là ! »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *